Laurie Penny

laurie penny

Laurie Penny est une journaliste féministe anglaise née à Londre en 1986. Elle écrit notamment dans le New Statesman et The Guardian.

Elle a commencé à faire connaître ses idées sur le net avec un blog « Penny red » débuté en 2007 et fut sélectionnée pour le Prix Orwell en 2010. Vous pouvez trouver le déroulement de sa carrière sur ce lien Wikipedia.

Laurie Penny est l’auteure de plusieurs essais assez radicaux, dont notamment «Meat Market: Female Flesh Under Capitalism » (Zero Books, 2011) et « Penny Red: Notes from a New Age of Dissent » (Pluto Press, 2011).

Dans le premier ouvrage, Meat Market , elle s’attaque au féminisme libéral qu’elle accuse d’avoir choisi le modèle de consommation offert par le  capitalisme plutôt que d’œuvrer pour l’émancipation réelle des femmes.

Le second ouvrage, « Notes from… » lui valu d’être nominée pour le Bread and Roses Award for Radical Publishing en 2012.

Sa bibliographie :

  • Meat Market: Female Flesh Under Capitalism (Zero Books, 2011)
  • Penny Red: Notes from the New Age of Dissent (Pluto Press, 2011)
  • Discordia: Six Nights in Crisis Athens (Random House, 2012
  • Cybersexism: Sex, Gender and Power on the Internet (Kindle Edition, 2013)
  • Unspeakable Things: Sex, Lies and Revolution (Bloombury Publishing, 2014)

La chaîne Arte lui consacrera une émission de Metropolis en juin 2012 : « Riot, don’t diet! » – « Meat Market », ou comment radicaliser le féminisme, par Laurie Penny

« Qu’est-ce qu’un corps féminin a de politique ? Tout, affirme Laurie Penny, une londonienne de 25 ans, autoproclamée journaliste, blogueuse, féministe, socialiste, utopiste, querelleuse et fauteuse de troubles.

Dans son pamphlet intitulé « Meat Market », elle montre par quelles stratégies le capitalisme dépossède le corps féminin de son pouvoir, jusqu’à le contrôler. A une époque où les petites filles allemandes rêvent d’être sacrées top model de demain par Heidi Klum, les empêcheuses de tourner en rond de la trempe de Laurie Penny sont une véritable bouffée d’air frais.

En quelques phrases simples, elle dresse un portrait au vitriol de notre société. Ainsi : « même dans les pays où on ne manque de rien, les trois quart des femmes meurent de faim pour ressembler à ce que la norme prescrit. » Ou encore : « Si les femmes se sentaient enfin bien dans leur corps, l’économie mondiale s’effondrerait. »

Laurie Penny considère qu’elle fait partie d’un nouveau mouvement féministe ni geignard, ni accusateur, mais actif. « Riot, don’t diet » (Faites la révolution, pas un régime) : voilà le mot d’ordre de cette jeune femme à la pensée et à la plume radicales, et qui veut faire entrer le féminisme dans le XXIe e siècle. « Metropolis » rencontre Laurie Penny et lui demande comment elle compte s’y prendre pour changer le monde. Rien que ça. » source Arte

Ouvertement de gauche, son approche franche et rentre-dedans du sexisme ordinaire, surtout dans le domaine des médias, est particulièrement actuelle et nécessaire.

Ses livres ne sont malheureusement pas encore édités en français.

suivre Laurie Penny :

sur twitter : https://twitter.com/pennyred

sur New Statesman : http://www.newstatesman.com/laurie-penny

sur The guardian : http://www.theguardian.com/profile/laurie-penny

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :